Quelles aides financières pour un aidant ?

Publié le 2 avril 2021 par Facilavi-TS

Les personnes qui aident une autre personne en perte d’autonomie (les aidants proches) se voient parfois souvent contraints de réduire ou d’arrêter en totalité leur activités professionnelle car il est difficile de combiner les activités du quotidien avec l’assistance et l’aide à une personne dépendante sans procéder à des modifications dans l’emploi du temps…

Sous certaines conditions, vous pouvez, en tant qu’aidant prétendre à des aides financières.

Les aides pour un aidant qui s’occupe d’un proche malade

L’APJA (allocation journalière du proche aidant)

L’AJPA (allocation journalière du proche aidant) est une nouvelle aide qui peut être accordée aux personnes qui arrêtent occasionnellement de travailler ou réduisent leurs activités pour prendre soin des membres de la famille qui ont un handicap ou une perte d’autonomie, en particulier ceux qui souffrent de troubles graves.

Les conditions d’attribution de l’AJPA

Dans un premier temps, la personne aidante doit :

  • Diminuer ses activités rémunérées (secteur public ou privé) ou son activité non salariée (indépendant, micro-entrepreneur etc..)
  • Avoir demandé à son employeur un congé proche aidant

Les stagiaires de la formation professionnelle rémunérée doivent interrompre leur stage ;
L’Ajpa peut aussi être accordée sous certaines modalités, aux aidants qui diminue leur indemnisation au chômage.

Bon à savoir :

Si vous êtes aidant et que vous n’avez aucune activité professionnelle et ne bénéficiez pas d’indemnités chômage, vous ne pouvez pas vous voir accorder l’AJPA.

Vous devez, pour pouvoir prétendre à l’aide, avoir une étroitesse de lien avec la personne que vous aidez et avoir votre domicile en France et y résider de façon stable et régulière.

Attention, vous ne devez pas :

  • Être sans activité ou percevoir aucune indemnité chômage.
  • Être rémunéré(e) par ce proche.
  • Percevoir des prestations, allocations, indemnités non cumulables*
  • Avoir perçu la totalité des 66 jours au cours de sa carrière professionnelle.

Dans un second temps, la personne aidée doit :

  • Avoir un lien étroit avec l’aidant.
  • Résider en France de façon stable et régulière.
  • Avoir un taux d’incapacité égal ou supérieur à 80% reconnu par la maison départementale des personnes handicapées ou un degré de dépendance déterminé par le conseil départemental (évalué dans le GIR I à III).

La durée de versement

L’Ajpa est versée dans la limite de 66 jours,. Ces 66 jours peuvent être fractionnés en demi-journée selon la situation professionnelle, tout au long de la carrière professionnelle pour une ou plusieurs personnes aidées.

Si vous vivez en couple, vous pouvez en bénéficier tous les deux et les cumuler. Dans ce cas, vous devez remplir chacun une demande.

Chaque bénéficiaire a droit à un maximum de 22 jours par mois.

Montant de l’AJPA (mis à jour en avril 2021)

Le montant de l’AJPA est de 43,83 euros par jour pour un proche aidant en couple

Le montant de l’AJPA est de 52,08€ par jour pour un proche aidant seul

La PCH (prestation de compensation du handicap)

Aidant : devenir salarié

la PCH est une aide financière qui a été conçue pour tenter de couvrir les dépenses liées au handicap d’une personne.

Sous certaines conditions, notamment celles liées à l’état de santé des personnes handicapées et aux liens familiaux, la PCH peut être utilisée pour rémunérer les membres de la famille.

Employer n’importe quel membre de sa famille

Si sa santé nécessite à la fois une assistance complète pour les actions essentielles de sa vie au quotidien ainsi que des soins quasi constants ou continus, la personne handicapée peut employer n’importe quel membre de sa famille (que ce soit les enfants, les parents, le conjoint, concubin ou partenaire de PACS, et même les beaux-fils et belles-filles).

Employer un autre membre

Quel que soit son état de santé, une personne handicapée peut employer un membre en dehors de sa famille (conjoint, parents, enfants), mais uniquement si ces proches en question ne sont pas à la retraite et n’ont pas du renoncer à une activité professionnelle pour être employé par la personne handicapée.

Aidant : obtenir un dédommagement

La personne handicapée ne peut pas salarier son conjoint, concubin, partenaire de PACS, ni ses parents ou ses enfants si son état de santé ne nécessite pas à la fois une aide totale aux gestes du quotidien et une présence quasi-constante ou constante. Si son aidant fait partie de ces personnes, elle peut néanmoins le dédommager, et ce qu’il soit :

  • son conjoint, concubin, partenaire de PACS,
  • son ascendant (parents, grands-parents…) ou celui de son conjoint,
  • son descendant (enfants, petits-enfants…) ou celui de son conjoint,
  • son collatéral jusqu’au 4ème degré (frère, soeur, neveu, nièce, petit-neveu, petite-nièce…) ou celui de son conjoint.

Montant de la PCH (mis à jour en avril 2021)

Si vous êtes aidant salarié : 14.04€ par heure

Si vous souhaitez un dédommagement : 3.91€/heure

Connaitre les aides dédiées aux seniors

Vous vous interrogez sur les aides financières pour un senior ? cliquez ici

Publié dans: L'accompagnement


Partager cet article:
Laisser un commentaire