Les politiques sociales en faveur des personnes âgées

Inutile de se voiler la face, la population en France vieillit. Le nombre de seniors a presque doublé en 50 ans. L'âge moyen dépasse largement les 40 ans en 2016. Il a augmenté de presque 2 ans sur 10 ans. La longévité, elle aussi, progresse. La personne âgée dépasse pour sa part les 80 ans. Et c'est normal ! Les conditions de vie s'améliorent, la science progresse ainsi que la technique.

Ce qui ressort de ce tableau, c'est que malheureusement les dernières années de vie sont marquées par une perte d'autonomie. Une problématique s'installe qui doit prendre en considération d’éventuelles aides pour le maintien à domicile ou la gestion de la santé du senior. Plusieurs approches sont à envisager.

Les aides psychologiques

Quand on vieillit on attache une importance grandissante au cocon familial. Tout changement dans cette structure ou dans la structure du foyer, le logement par exemple, peut avoir une influence sur le senior. Le réseau familial doit être motivé à apporter un soutien et un service à son parent âgé. Dans ce sens et en cas de manque de temps de la famille, des services à la personne remplacent les proches. Cependant cette personne employée à domicile peut aussi jouer un rôle social ou sentimental déstabilisant pour le reste de la famille. Cette dernière peut se sentir délaissée au profit de l'aide de vie, parfois favorisée par le senior.

Une politique sociale

Pour faire face à ce problème sociétal de vieillissement, l'état et les services publics réagissent et diffusent de l'information. Depuis 1950 en effet, le gouvernement essaie de prolonger la vie sociale et économique du senior dans la société. L'objectif politique est aussi de changer le regard des gens sur l'âge et d'étendre dans le temps une activité professionnelle.

En parallèle, il encourage l'attribution des aides sociales et les actions destinées à assurer un hébergement à domicile du senior. Une politique vieillesse voit le jour. Elle met aussi en place une fondation de gérontologie pour étudier les questions directement liées au vieillissement.

La perte d'autonomie se classifie aussi et elle se voit attribuer des allocations ciblées, comme l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie) dont la loi prévoit le financement des 4 niveaux de dépendance majeurs.

Quelques solutions

  • Depuis le début du XXIème siècle, les personnes dépendantes en établissement ou chez elles se voient remettre une allocation : l'APA C'est la canicule de 2003 peut-être qui a fait évoluer les choses. En effet; elle a provoqué la mort de 15000 seniors. L'aide est gérée par le conseil départemental et c'est une prestation légale. Son montant est relatif aux ressources de la personne âgée. Il n'est pas imposable. L'intérêt de cette allocation est qu'elle répond vraiment à des soins ciblés.
  • Une autre action à souligner en faveur du bien-être des personnes âgées vieillissantes est le plan "bien vieillir."Il a été défini par l'OMS en 2006. Il a comme objectif d’activer la prévention contre les complications de santé et la lutte contre la solitude fréquente à cet âge.
  • Ensuite les années 2010 ont vu proposer le plan "solidarité grand âge"touchant au libre choix du grand vieillard. Il peut ainsi opter pour son maintien à domicile ou son déplacement en maison de retraite nouvelle formule.
  • Enfin les désordres mentaux sont eux aussi envisagés et les malades d'Alzheimer bénéficient d'une prise en charge vraiment adaptée. A plus de 800000 cas, il faut vraiment réagir !

-

Dans notre dossier, vous trouverez des informations complémentaires concernant les seniors et leur maintien à domicile :


Paiement sécurisé

Paiement 100% sécurisé

Livraison rapide

Livraison Colissimo de 24h à 72h

Livraison offerte dès 110€ d'achats

Satisfait ou Remboursé

Vous disposez de 14 jours ouvrables pour retourner vos produits

Besoin d'aide ?

A votre écoute du lundi au samedi au 01 34 94 00 28 ou par email